Alors que les européens poursuivent leurs atermoiements, la FED agit

Le 22 septembre 2011 - 18:01 | Commentaires fermés

La banque centrale américaine, la Fed, a annoncé mercredi 21 septembre qu’elle allait vendre pour 400 milliards de dollars d’obligations d’Etat d’une maturité restante de moins de trois ans pour d’autres d’une maturité de six à trente ans. Suite à cette annonce, les taux d’intérêt long terme sur les bons du trésor ont fortement chuté ce qui  était l’objectif affiché de la Fed. Voilà ce qui peut se passer lorsque la politique monétaire est au service de l’économie d’un pays et non un carcan illégitime. Cela illustre  ce qu’un tel mécanisme (mais dont l’utilisation serait clairement et démocratiquement encadrée) pourrait apporter surtout aujourd’hui aux États européens.

Source : Le monde

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Crise de la zone euro : quand les solutions innovantes seront-elles mises en oeuvre ?

Le 12 septembre 2011 - 14:53 | 2 commentaires
Enième épisode de la crise financière, celle de la dette publique tant en Europe qu’aux USA,  est telle qu’elle pourrait conduire l’économie occidentale dans les pires difficultés.Suite à la crise des subprimes, une fenêtre d’opportunité s’était pourtant ouverte pour modifier les déséquilibres de la finance globalisée. Malgré plusieurs rendez vous internationaux, et une ambition affichée des gouvernements de réformer en profondeur la sphère financière, les récents évènements montrent que peu de choses ont changé.

Aujourd’hui, les Etats semblent plus que jamais pris dans la tourmente des marchés comme en témoigne notamment l’impuissance qui semble se dégager du dernier G7. C’est particulièrement vrai en Europe où hors de l’austérité aucune piste n’est envisagée. Il est plus que temps de replacer sur le devant de la scène des projets d’avenir qui font sens afin de susciter l’élan collectif nécessaire pour sortir de la crise.

 

 

(Lire la suite…)

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Les mots de la crise

Le 12 septembre 2011 - 14:46 | 2 commentaires

Retrouvez ici un glossaire qui sera actualisé au fur et à mesure des mots de la crise rencontré dans les différents articles.

 

FESF (Fonds européen de stabilité financière).

Le FESF a été créé au printemps 2010 pour une durée de 3 ans, sous la pression des événements,  afin d’apporter un soutien à la Grèce.  Il a pour objet d’aider les pays en difficulté en leur accordant des prêts à des taux moindres que ceux exigés par les marchés. Doté de 440 milliards d’euros, il est garanti par l’ensemble des pays de la zone (proportionnellement à leur quote part au capital de la BCE) ce qui pour l’instant revient à avoir la garantie des pays jugés les plus «sûrs» tels la France et l’Allemagne.

Une fois que l’accord sur le second plan de sauvetage de la Grèce (21 juillet 2011) aura été adopté par les Parlements nationaux, le pouvoirs du FESF devraient été étendus.  Il pourra  1/ prêter à titre préventif aux Etats 2/financer la recapitalisation des banques via un prêt à l’Etat concerné 3/acheter des dettes publiques sur le marché secondaire après analyse de la BCE et sous condition d’unanimité des gouvernements de la zone euro.

Il est prévu de remplacer  le FESF qui arrivera à échéance en juin 2013 par un Mécanisme européen de stabilité (MES) doté d’une capacité d’emprunt de 500 milliards d’euros. Cela nécessitera auparavant une révision du traité de Lisbonne afin de contourner la clause du « no bail out » qui interdit aux institutions européennes et aux États membres de prendre en charge les engagements financiers d’un des États de l’UE.  Une procédure accélérée de révision du traité est en cours et devrait aboutir pour le 1er janvier 2013.

Marché primaire – marché secondaire

Le marché primaire est celui où l’investisseur achète un titre directement à l’émetteur. Dans la vie d’un titre, cela n’arrive donc qu’une fois. Le marché secondaire est celui où l’investisseur achète non à l’émetteur mais à un épargnant qui possédait un titre émis antérieurement.

 

La monnaie fiduciaire

La monnaie fiduciaire (de « fidus », confiance en latin) désigne les billets de banques. Elle est émise directement par la banque centrale et mise en circulation par les banques de dépôts. Dans la zone euro, en juillet 2011, les billets de banque en circulation représentaient 816,3 milliards d’euros. Source : BCE

 

La monnaie scripturale

Il s’agit de la monnaie inscrite sur les comptes courants que vous avez en banque. Elle n’est pas matérialisée sous une forme physique (comme la monnaie fiduciaire) mais par une écriture sur le compte de celui qui possède cette monnaie.Auparavant tenues sur les registres des banques, ces écritures sont maintenant gérées par informatique. La monnaie scripturale circule entre les agents économiques grâce à des moyens de paiement (carte bancaire,  virements bancaires, chèques).

 

Quantitative easing ou détente quantitative

Le Quantitative easing (QE) ou assouplissement quantitatif est une politique monétaire dite non conventionnelle développée par les Banques centrales. Elle consiste à acheter des bons du trésor ou d’autre titre financiers sur le marché secondaire. La Banque centrale injecte ainsi de l’argent dans l’économie. Depuis le début de la crise les Etats-Unis ont lancé deux opérations QE1 et QE2 pour un montant total de 900 milliards de dollars. Poussée par les événements la BCE a également mené des politiques de ce type (de mai 2010 à début 2011 afin de soutenir le cours des titres publics de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal puis en août  2011 pour soutenir les bons du trésor italiens et espagnols).

 

 

 

Tags : | |
Catégories : Comprendre

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Qu’est-ce que la proposition « 100% monnaie » ? Par André-Jacques Holbecq (billet invité)

Le 25 juillet 2011 - 11:57 | 21 commentaires

Les billets invités sont mis en ligne afin d’apporter une contribution au débat. Ils ne constituent pas une prise de position de la Fondation pour la Nature et l’Homme.

 

Money par gotencool sur Flickr
Le « 100% monnaie » n’est pas (encore) dans un quelconque programme politique, mais il est probable que vous en entendrez de plus en plus parler. Il a donc semblé intéressant de vous faire partager un résumé concernant cette possible « révolution » monétaire et bancaire.

(Lire la suite…)

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

La BCE m’a élu banquier central de l’année (véridique)

Le 20 juillet 2011 - 10:02 | Commentaires fermés

Par François CARLIER, économiste, membre du groupe de travail mis en place par la Fondation pour la Nature et l’Homme.

« Les gens vous appellent le banquier central de l’année et ils ont raison »…quand ce message de la BCE s’est affiché sur mon écran, je fus envahi par deux sentiments. D’une part, je me suis dit que le poste de banquier central venait juste d’être renouvelé et, qu’au vu de ce message, j’aurais dû envoyer un CV. D’autre part, j’ai eu un peu honte car, pour obtenir ce satisfecit, il a fallu que j’oublie toutes les recommandations effectuées par le présent blog.

Expliquons tout de même l’origine d’un tel succès. La BCE propose sur son site, à proximité de son dessin animé monétariste , un petit jeu où vous êtes dans la peau d’un banquier central.

 

(Lire la suite…)

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Un rapport pour interpeller le citoyen sur l’importance de la Banque centrale européenne et réfléchir à sa réforme

Le 12 juillet 2011 - 9:43 | Commentaires fermés

World Economy, Ecology & Development (WEED) fondée en 1990, a organisé à Berlin en avril dernier une rencontre européenne (1) sur le thème du rôle de la banque centrale européenne dans la crise financière et de la zone euro ». Le rapport de synthèse issu de ces travaux a pour objet, en une vingtaine de pages, d’attirer l’attention des citoyens sur le rôle et l’action de la BCE et d’ouvrir ainsi le débat sur sa nécessaire réforme. Cette institution indépendante a, en effet, un impact important, non seulement, sur le secteur financier mais aussi sur l’économie toute entière.

Dans la dernière conférence de presse mensuelle de la BCE, Jean-Claude Trichet réaffirmait avec vigueur que la « responsabilité (de la BCE) est de garantir la stabilité des prix pour les 331 millions de citoyens de la zone euro ».

Cela justifierait le fait d’avoir rehaussé son taux directeur d’un demi point depuis avril malgré un probable ralentissement de l’activité économique au second trimestre 2011, et surtout malgré la crise de la dette grecque qui non seulement n’a pas connu de répits avec le second plan de rigueur imposé au pays mais en plus menace de s’étendre au reste de l’Europe.

Devant la menace qui pèse sur la zone euro, il est salutaire que des organismes de la société civile posent la question du rôle de cette institution monétaire majeure qu’est la Banque centrale et proposent des pistes de réforme.

(Lire la suite…)

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

La Banque centrale est prête à tout pour maintenir son Dogme : exemple n°1

Le 22 juin 2011 - 19:38 | 1 commentaire
Roue d’argent
Financer plus ou moins gratuitement 600 milliards d’euros d’investissement public en 10 ans par la création monétaire, la proposition a de quoi surprendre et laisser sceptique. Prendre 600 milliards sur un arbre magique pour sortir des billets, si c’était aussi simple, on l’aurait déjà fait. Et ça ne peut pas être aussi simple. 

Une partie notable de cette suspicion provient en fait d’un conditionnement politique et intellectuel que nous avons tous subi et qui, avouons le, a triomphé. A partir du milieu des années 1980, il s’est installé un Dogme monétariste lancé par quelques illustres économistes, adopté par la banque centrale allemande puis relayé par les autres banques centrales européennes. L’incendie a enfin gagné les gouvernements, les administrations publiques, les universités et la presse.

 

(Lire la suite…)

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Revue de presse suite à la conférence de presse du 25 mai : 600 milliards en 10 ans pour l’investissement écologique et social

Le 20 juin 2011 - 14:56 | 2 commentaires

Le 25 mai la Fondation pour la Nature et l’Homme a organisé une conférence de presse pour promouvoir l’idée d’autoriser les Etats à emprunter à la banque centrale pour financer la transition écologique, économique et sociale.

Téléchargez le communiqué de presse : 600 milliards d’euros pour financer l’investissement écologique et social

En savoir plus sur la proposition « Financer l’avenir sans creuser la dette »

Petite revue de presse suite à cet événement…

(Lire la suite…)

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Nouvelle gouvernance économique européenne #2 : un fonds de « sauvetage » européen

Le 2 juin 2011 - 12:06 | Commentaires fermés

Depuis début 2010, la zone euro est en crise. L’un après l’autre, la Grèce, l’Irlande et le Portugal se sont retrouvés pris dans la tourmente des marchés. Bientôt, ce pourrait être l’Espagne. Devant la menace qui pèse sur la zone dans son ensemble, les Etats européens ont créés dans l’urgence un fonds de « sauvetage » des pays en difficulté. Mais, s’agit-il bien d’aider ces pays ou de leur permettre d’honorer leurs dettes ? Plus généralement ce fonds devrait mener à une révision du traité de Lisbonne. Il serait bien d’en profiter pour réviser en profondeur ce traité afin de permettre aux Etats de se financer auprès de leur banque centrale comme nous le proposons.

 

(Lire la suite…)

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Nouvelle gouvernance économique européenne #1 : le cadre existant

Le 1 juin 2011 - 10:15 | Commentaires fermés

Le cadre macroéconomique existant pour la pays de la zone euro trouve son origine dans le traité de l’Union européenne ou traité de Maastricht (1992) qui précise, notamment, les conditions de passage à la future monnaie unique l’Euro. Modifié par les traités ultérieurs, ce cadre se caractérise par une méfiance envers les gouvernements nationaux. Les Etats n’ont plus la maîtrise de leur politique monétaire tandis que la coordination des politiques budgétaires, minimaliste, a pour objet principal d’éviter les dérapages des finances publiques.

Carte de la zone euro en 2011 disponible sur le site de la BCE

 

(Lire la suite…)

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

« Page précédente | Page suivante »