La BCE doit aussi financer des investissements favorables Ă  l’activitĂ©

Le 28 juin 2011 - 18:04 | Commentaires fermés

Interview d’Alain Grandjean, Ă©conomiste, membre du ComitĂ© de Veille Ecologique de la Fondation pour la Nature et l’Homme. Propos recueillis par Adrien de Tricornot – Le Monde – 21/06/2011.

Cette interview porte sur notre proposition Financer l’avenir pour creuser la dette que vous pouvez retrouver sur ce blog. Regardez Ă©galement cette vidĂ©o de quelques minutes pour comprendre l’objet de la proposition.

 


Interview d’Alain Grandjean sur le financement…

Vous proposez un plan d’investissement Ă©cologique et social de 600 milliards d’euros sur dix ans en France, qui serait financĂ© par un emprunt auprès de la Banque centrale europĂ©enne (BCE). Quels en sont les contours ?

Le système Ă©conomique actuel n’est pas durable. Nous avons besoin d’investissements Ă©cologiques considĂ©rables pour rĂ©aliser la transition vers un modèle sobre en ressources et Ă©mettant peu de gaz Ă  effet de serre. Il faudrait investir pour cela l’Ă©quivalent de 3 % du produit intĂ©rieur brut (PIB) pendant dix ans, soit 600 milliards d’euros au total. L’idĂ©e serait aussi d’Ă©tendre ce dispositif Ă  l’Ă©chelle europĂ©enne. En France, quelle que soit l’option prise sur le nuclĂ©aire, il faut promouvoir massivement les Ă©nergies renouvelables dĂ©carbonĂ©es et faire des efforts très importants pour Ă©conomiser l’Ă©nergie, ce qui suppose de rĂ©nover et d’isoler 30 millions de logements ainsi que les bâtiments publics.
Il faut dĂ©velopper les transports en commun, les voitures Ă  très basse consommation, les compteurs Ă©lectriques intelligents, etc. RĂ©seau ferrĂ© de France (RFF) a aussi besoin d’investir dans des infrastructures de fret, mais il est lestĂ© par sa dette. Tous ces projets fourniraient de l’activitĂ© pour les 5 millions de personnes en situation de sous-emploi chronique. Ces dĂ©penses ne peuvent pas ĂŞtre supportĂ©es par les mĂ©nages, faute de moyens, ni par le secteur privĂ©, car il a des exigences de rentabilitĂ© Ă©levĂ©es et courtes. ForcĂ©s Ă  la rigueur budgĂ©taire, les Etats n’investissent plus. Le schĂ©ma que nous proposons rendrait possible des investissements dont la rentabilitĂ© est faible et inscrite dans la durĂ©e.

(Lire la suite…)

Commentaires fermés
Commentaires fermés

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

La Banque centrale est prête à tout pour maintenir son Dogme : exemple n°1

Le 22 juin 2011 - 19:38 | 1 commentaire
Roue d’argent
Financer plus ou moins gratuitement 600 milliards d’euros d’investissement public en 10 ans par la crĂ©ation monĂ©taire, la proposition a de quoi surprendre et laisser sceptique. Prendre 600 milliards sur un arbre magique pour sortir des billets, si c’était aussi simple, on l’aurait dĂ©jĂ  fait. Et ça ne peut pas ĂŞtre aussi simple. 

Une partie notable de cette suspicion provient en fait d’un conditionnement politique et intellectuel que nous avons tous subi et qui, avouons le, a triomphé. A partir du milieu des années 1980, il s’est installé un Dogme monétariste lancé par quelques illustres économistes, adopté par la banque centrale allemande puis relayé par les autres banques centrales européennes. L’incendie a enfin gagné les gouvernements, les administrations publiques, les universités et la presse.

 

(Lire la suite…)

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

« Page précédente