Revue de presse : régulation monétaire et financière ; relance de l’investissement

Le 7 mai 2012 - 9:15 | 5 commentaires

Face à la vague d’austérité que connaît l’Europe depuis presque deux ans, de plus en plus de voix s’élèvent pour condamner ce chemin qui conduit à la récession et demander au contraire le lancement d’investissements  dans l’économie verte. Nous avons sélectionné pour vous quelque uns des articles qui traitent de ce sujet. Nous avons également sélectionné des articles portant sur le sujet de la régulation financière et de la politique monétaire

Bonne lecture et n’hésitez pas à laisser des commentaires !

Politique monétaire et régulation financière

Hollande veut que la BCE baisse ses taux et puisse prêter aux États

latribune.fr – 20/04/2012

Le candidat socialiste à l’élection présidentielle, invité de la matinale d’Europe 1 ce matin, s’est prononcé en faveur d’une baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE) pour soutenir la croissance. Il s’est également montré favorable à la possibilité pour la BCE de prêter directement aux États. « Si on pense qu’il n’est pas utile de renégocier, autant rester chez soi » a-t-il estimé.

Lire la suite

 

Michel Barnier fait de l’encadrement du « shadow banking » l’une de ses priorités de 2012
Pascale Besses-Boumard  – Les échos – 27/04/2012

Le commissaire européen intervenait vendredi matin pour préciser sa feuille de route sur le système bancaire parallèle. Après la publication d’un livre vert à ce sujet il y a un mois, Michel Barnier veut mettre en place rapidement un encadrement efficace pour éviter tout risque systémique.

Lire la suite

Bruxelles veut savoir ce que les banques ont fait des 1 000 milliards d’euros de la BCE
Clément Lacombe et Anne Michel – Le Monde – 26.04.2012

La Commission européenne entend demander des comptes aux banques sur l’utilisation des 1 000 milliards d’euros que leur a octroyés la Banque centrale européenne (BCE), en décembre 2011 puis février, à travers des prêts inédits à trois ans et à faible taux.

Lire la suite

Déclarations en faveur d’une politique de relance

Divers CP de l’UE traitant de la relance


Une initiative de relance de la croissance se précise en Europe

Les Echos – 29/04/12
La Commission européenne prépare un plan d’investissement capable de mobiliser 200 milliards d’euros d’investissements publics et privés pour réactiver la croissance en Europe, selon le journal espagnol El Pais.

Lire la suite

 

Angela Merkel annonce « un agenda croissance » au sein de l’UE
Le Monde.fr – 28.04.2012

Angela Merkel entend préparer un « agenda de croissance » d’ici au sommet européen des 28 et 29 juin, a-t-elle indiqué dans une interview au quotidien Leipziger Volkszeitung, samedi 28 avril. La chancelière se dit favorable au renforcement des capacités de la Banque européenne d’investissement (BEI) et à une utilisation plus flexible des fonds européens.

Lire la suite

Europe: Draghi réclame un «pacte de croissance»

lefigaro.fr par Jean-Jacques Mevel 26/04/2012

Le président de la Banque centrale européenne prône un changement de cap économique en Europe.

Lire la suite

Le contraire de l’austérité, c’est la prospérité, pas la croissance

Jean Gadrey – 26 mars 2012

Dans mon billet du 24 janvier dernier sur « le chiffrage des programmes », j’écrivais ceci :
« les candidats des principales formations en présence vont tous nous dire : « mon chiffrage, bien entendu, suppose un retour à une croissance suffisante ». Implicitement : à moins de 2 % par an, je ne m’engage à rien ! On parie ? »
J’admets que ce n’était pas un pari à hauts risques, vu que c’est ce qui s’est produit à chaque élection… depuis que la croissance se fait désirer, et surtout depuis une dizaine d’années. On peut juste se demander combien de temps il faudra encore, et quelles catastrophes devront se produire, pour que l’idée de progrès humain porte sur autre chose que le « toujours plus » qui nous mène au désastre « comme des somnambules » (Edgar Morin).

Lire la suite

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

5 commentaires

  1. A propos de l’article du Monde « Bruxelles veut savoir ce que les banques ont fait des 1 000 milliards d’euros de la BCE ». Je sais pas si c’est de l’intox ou une vraie incompétence de la part de la Commission à Bruxelles mais cette interrogation est complétement aberrante.

    La monnaie centrale n’a pas d’autre destin que de revenir à la banque centrale. Les banques commerciales sont les créateurs de la monnaie secondaire qui irrigue l’économie réelle. L’injection de liquidités par la BCE dans le secteur bancaire n’est ni suffisant ni nécessaire à la relance économique (elle a cependant quelques vertus de débloquer le marché interbancaire). Tous ceux qui fustigent les banques d’avoir déposé à la banque centrale les 1000 milliards que celle-ci leurs avait prêtés ne comprennent rien à l’économie. C’est comptablement impossible que ça se passe autrement. C’était comme ça aux Etats-Unis en 2009 et aucune raison que ce soit différent en Europe. http://www.nakedcapitalism.com/2009/09/guest-post-if-credit-is-not-created-out-of-excess-reserves-what-are-the-results.html

    Le terme « quantitative easing », qui est utilisé pour désigner cette politique de prêt aux banques commerciales par les banques centrales, a été détourné de sa signification première de financement direct de projets, nécessaire à une relance économique (solution prônée par votre honorable initiative).
    http://www.ft.com/intl/cms/s/0/9a333668-9758-11de-83c5-00144feabdc0.html#axzz1ovWX0xi0
    http://blogs.ft.com/economistsforum/2009/12/monetary-policy-time-for-true-quantitative-easing/#axzz1ovTuw6yn

    Quelqu’un aurait-il des éléments de réponse quant à mon interrogation: incompétence ou intox?

    Commentaire by Tétef | Le 8 mai 2012 - 22 h 20 min

  2. Bonjour Tetef,
    Voici une tentative de réponse. Je ne partage pas totalement votre point selon lequel cette interrogation est totalement aberrante. il s’agit selon moi plutôt d’un raccourci car il existe un lien entre monnaie banque centrale et monnaie scripturale émise par les banques commerciales.
    En effet, dans leur activité de crédit, les banques secondaires ont un certains nombre de limite liées à la nécessité de détenir de la monnaie centrale :
    1/ pour régler les échanges avec les autres banques (c’est le déblocage du marché interbancaire que vous évoquez).
    2/ pour répondre à la demande de billets de banque (monnaie fiduciaire émise seulement par la BC) par les agents économiques
    3/ pour les réserves obligatoires.
    En théorie donc si les banques secondaires disposent de davantage de monnaie centrale, elles peuvent faire davantage de prêts à l’économie.

    Commentaire by Marion | Le 9 mai 2012 - 10 h 08 min

  3. Bonjour,
    Les billets de banques représentent 3% de la masse monétaire; les réserves obligatoires sont à 2%. 2+3=5%; On a donc un facteur multiplicateur de 20 entre la monnaie centrale et la monnaie secondaire. La commission espère donc 20 000 milliards de nouveaux crédits?

    Non, ça ne se passe pas comme ça. Dans les faits, les banques commerciales accordent des nouveaux crédits et vérifient leurs réserves obligatoires a posteriori.

    Dans tous les cas, ça n’enlève rien à l’aberration de la formulation de l’interrogation qui suggère clairement le paradigme de la monnaie comme un actif qui passe de main en main.

    Commentaire by Tetef | Le 9 mai 2012 - 11 h 35 min

  4. re-bonjour,
    Je suis un peu troublée par vos chiffres. Voici les miens :
    M1 = 4819,3 mds d’euros dont 844,8 mds d’euros de billets de banque (qui représentent donc 17,5% de M1). Si on prend M2 (8717,2 mds d’euros) ou M3 (9868,7) la proportion de billets de banque dans ces agrégats monétaires reste supérieure aux 3% que vous donnez (respectivement 9,6% et 8,5%).
    Sources : site de la BCE avec ici les agrégats monétaires en pdf et ici une base de donnée sur laquelle on peut chercher le montant des billets de banque

    Par ailleurs, il me semble que peu de temps après son arrivée à la tête de BCE Mario Draghi a fait passer les réserves obligatoires de 2 à 1% (voir ici)

    Commentaire by Marion | Le 9 mai 2012 - 13 h 57 min

  5. re-bonjour,
    Vous avez très surement raison sur les chiffres, je n’ai effectivement pas vérifié ma source : 3% que j’ai pris du nouveau documentaire de vulgarisation 97% Owned de Positive Money. Merci pour l’info sur les réserves obligatoire, je ne savais pas.

    Le fait que de nouveaux crédits augmentent la quantité de billet en circulation n’est pas vérifié donc raisonner avec des chiffres relatifs est un peu bacal (c’est moi qui ait proposé ce raisonnement et qui suis fautif). Donc on peut considérer un pourcentage de quantité de billets moindre en conséquence à ces nouveaux crédits.

    Quoi qu’il en soit, en prenant les pires chiffres que vous avez cité : 2+17,5<20%. Ça fait un coef multiplicateur de 5: La commission Européenne espère-t-elle 5000 milliards d'euros de nouveaux crédits?

    Les chiffres n'ont aucune importance dans tout ce raisonnement. Le multiplicateur de crédit est un concept obsolète. Les banques vérifient leurs réserves obligatoires après avoir accordé de nouveaux crédits.

    Et encore une fois, ce qui me choque le plus, c’est la formulation qui sous entend vraiment que la monnaie est un objet qui peut se passer de main en main entre la banque centrale, les banques commerciales et les agents non-financiers. Ce n’est pas vrai ! La monnaie se crée et se détruit au fur et à mesure des crédits accordés et remboursés. Les banques sont les créateurs de la monnaie; elles n’ont pas besoin de la Banque Centrale pour accorder des crédits pour financer l’économie.

    Pour le dire simplement, ça ne sert à rien de donner de l’argent aux créateurs de la monnaie.

    Commentaire by Tetef | Le 9 mai 2012 - 14 h 37 min

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.