Les mots de la crise

Le 12 septembre 2011 - 14:46 | 2 commentaires

Retrouvez ici un glossaire qui sera actualisé au fur et à mesure des mots de la crise rencontré dans les différents articles.

 

FESF (Fonds européen de stabilité financière).

Le FESF a été créé au printemps 2010 pour une durée de 3 ans, sous la pression des événements,  afin d’apporter un soutien à la Grèce.  Il a pour objet d’aider les pays en difficulté en leur accordant des prêts à des taux moindres que ceux exigés par les marchés. Doté de 440 milliards d’euros, il est garanti par l’ensemble des pays de la zone (proportionnellement à leur quote part au capital de la BCE) ce qui pour l’instant revient à avoir la garantie des pays jugés les plus «sûrs» tels la France et l’Allemagne.

Une fois que l’accord sur le second plan de sauvetage de la Grèce (21 juillet 2011) aura été adopté par les Parlements nationaux, le pouvoirs du FESF devraient été étendus.  Il pourra  1/ prêter à titre préventif aux Etats 2/financer la recapitalisation des banques via un prêt à l’Etat concerné 3/acheter des dettes publiques sur le marché secondaire après analyse de la BCE et sous condition d’unanimité des gouvernements de la zone euro.

Il est prévu de remplacer  le FESF qui arrivera à échéance en juin 2013 par un Mécanisme européen de stabilité (MES) doté d’une capacité d’emprunt de 500 milliards d’euros. Cela nécessitera auparavant une révision du traité de Lisbonne afin de contourner la clause du « no bail out » qui interdit aux institutions européennes et aux États membres de prendre en charge les engagements financiers d’un des États de l’UE.  Une procédure accélérée de révision du traité est en cours et devrait aboutir pour le 1er janvier 2013.

Marché primaire – marché secondaire

Le marché primaire est celui où l’investisseur achète un titre directement à l’émetteur. Dans la vie d’un titre, cela n’arrive donc qu’une fois. Le marché secondaire est celui où l’investisseur achète non à l’émetteur mais à un épargnant qui possédait un titre émis antérieurement.

 

La monnaie fiduciaire

La monnaie fiduciaire (de « fidus », confiance en latin) désigne les billets de banques. Elle est émise directement par la banque centrale et mise en circulation par les banques de dépôts. Dans la zone euro, en juillet 2011, les billets de banque en circulation représentaient 816,3 milliards d’euros. Source : BCE

 

La monnaie scripturale

Il s’agit de la monnaie inscrite sur les comptes courants que vous avez en banque. Elle n’est pas matérialisée sous une forme physique (comme la monnaie fiduciaire) mais par une écriture sur le compte de celui qui possède cette monnaie.Auparavant tenues sur les registres des banques, ces écritures sont maintenant gérées par informatique. La monnaie scripturale circule entre les agents économiques grâce à des moyens de paiement (carte bancaire,  virements bancaires, chèques).

 

Quantitative easing ou détente quantitative

Le Quantitative easing (QE) ou assouplissement quantitatif est une politique monétaire dite non conventionnelle développée par les Banques centrales. Elle consiste à acheter des bons du trésor ou d’autre titre financiers sur le marché secondaire. La Banque centrale injecte ainsi de l’argent dans l’économie. Depuis le début de la crise les Etats-Unis ont lancé deux opérations QE1 et QE2 pour un montant total de 900 milliards de dollars. Poussée par les événements la BCE a également mené des politiques de ce type (de mai 2010 à début 2011 afin de soutenir le cours des titres publics de la Grèce, de l’Irlande et du Portugal puis en août  2011 pour soutenir les bons du trésor italiens et espagnols).

 

 

 

Tags : | |
Catégories : Comprendre

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

2 commentaires

  1. Le terme « quantitative easing » a été importé en occident par Prof. Richard Werner. Comme vous, R.Werner dénonce une idéologie dogmatique par les acteurs économiques.

    Il se plaint en conclusion de cet article que malgré le succès du terme « quantitative easing », ses politiques économiques n’ont pas été adoptées.
    http://www.qfinance.com/macroeconomic-issues-viewpoints/understanding-and-forecasting-the-credit-cyclewhy-the-mainstream-paradigm-in-economics-and-finance-collapsed?full

    Je vous invite à découvrir ses travaux remarquables sur l’étude du cas japonnais. Il est aussi l’un des initiateurs du mouvement « Positive Money » en Angleterre qui milite pour une réforme 100% monnaie.

    Commentaire by Tétef | Le 6 janvier 2012 - 15 h 42 min

  2. La signification du terme « quantitative easing » a été détournée http://www.ft.com/cms/s/0/9a333668-9758-11de-83c5-00144feabdc0,_i_email=y.html

    La terme a originellement été créé pour désigner une politique d’allocation du crédit directement à l’économie réelle.

    Commentaire by Tétef | Le 12 mars 2012 - 21 h 49 min

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.