Le grand emprunt reste à faire… auprès de la Banque centrale européenne

Le 30 juin 2011 - 17:25 | 1 commentaire
Par Alain Grandjean, économiste, ancien membre de la Commission Grand Emprunt, Membre du Comité de Veille Ecologique de la FNH – Article paru dans La Tribune - 28/06/2011 

À l’heure où le président de la République revient sur le bilan du grand emprunt, osons commencer par une note positive : financer l’avenir était en soi une excellente idée.

Suite à la crise financière et à la récession, les gouvernements ont effectué un pas de deux singulier qui consistait à relancer l’économie, puis à mettre le pied sur le frein budgétaire face au spectre de la dette et des agences de notation. L’intuition du grand emprunt visait à se placer dans une perspective de plus long terme. Le jeu de yo-yo macroéconomique ne devait pas remettre en cause la capacité de la France à préparer l’avenir. Lutter contre le déficit est dangereux si on ne prépare pas notre pays à la transition énergétique et à l’économie de la connaissance, ou si on ne s’attaque pas à la crise profonde et sous-estimée du logement.

 

Atteindre ces objectifs mobilise bien sûr autant des actes individuels que l’outil réglementaire ou l’incitation fiscale, mais passe aussi  par un programme massif d’investissements. La création d’infrastructures matérielles et immatérielles est en effet une condition nécessaire pour changer de trajectoire et permettre aux particuliers et aux entreprises de s’adapter. On ne diminuera pas de façon substantielle notre consommation d’énergie, qui met en risque notre économie et plombe notre balance commerciale, si l’urbanisme, les infrastructures de logement et de transport, nos modèles agricoles… nous maintiennent dans la dépendance au pétrole et au gaz. On ne peut pas vouloir être un pôle d’innovation et de compétitivité sans commencer par porter l’effort national de recherche aux fameux 3% du PIB.

D’une manière pas toujours homogène, ces objectifs comptaient parmi les motivations du grand emprunt. Et pourtant c’est un échec principalement parce que, de 100 à 35 milliards, l’enveloppe consacrée a fini par se réduire à une peau de chagrin.

Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il a été décidé de le contracter auprès des marchés financiers. Ces derniers ne prêtent pas gratuitement et demandent un taux d’intérêt qui vient alourdir la charge annuelle de la dette, de 45 milliards d’euros aujourd’hui. Du fait de la crise financière européenne et d’une croissance molle, elle va encore s’accroître. Les agences de notation américaines ou chinoises s’en inquiètent et menacent la France de lui faire perdre son saint graal absolu qu’est le triple A. Ayant été membre de la commission du grand emprunt, j’ai pu mesurer de façon quasi physique la pression des marchés financiers qui, au fil des semaines, s’installait dans la tête des « budgétaires » et nous faisait petit à petit renoncer à la réelle ambition de ce projet.

Il est pourtant possible de faire autrement. En créant une agence d’investissements financée par une banque publique qui se refinancerait à la Banque centrale européenne à taux nul ou très faible. Cela s’appelle monétiser la dette et cette opération a été mobilisée en Europe  pour sauver les banques. La FED a eu recours au « quantitative easing ». Mais notre proposition est économiquement bien mieux fondée et sans risque inflationniste : la monétisation alimente l’économie réelle et non les bulles financières. Par ailleurs la réduction de l’effet de levier en cours du fait des nouvelles règles prudentielles, limitera la création monétaire privée. Si elle était insuffisante, il faudrait procéder à un durcissement et un encadrement plus strict de la finance de marché.

Cette option paraîtra farfelue à certains – un financement quasi gratuit alors que, selon l’adage, dans la vie rien n’est gratuit. Mais c’est évidemment faux pour la création monétaire qui se fait d’un simple jeu d’écriture. Sortons des ornières monétaristes que l’on s’est imposées depuis 30 ans et de la logique qui nous conduit à la multiplication des crises financières.  Et comprenons qu’il est pour le moins légitime de transférer le bénéfice de la création monétaire des acteurs financiers à la puissance publique, garante de l’intérêt général. C’est ainsi seulement qu’on pourra financer des investissements socialement et écologiquement justifiés, rentables économiquement, mais insuffisamment face aux rendements exigés par les marchés. Nous pouvons et devons, je pèse mes mots, financer une partie de notre avenir de façon quasi gratuite.

Il est plus que temps que l’avenir de nos sociétés ne dépende plus de l’humeur voire des diktats des marchés financiers.

En savoir plus sur le grande emprunt sur le site Investissement d’avenir

 

Avant de laisser un commentaire, lisez notre charte

Un commentaire

  1. Merci Alain Grandjean ! C’est bon de lire sous la plume d’un économiste:

    « il est pour le moins légitime de transférer le bénéfice de la création monétaire des acteurs financiers à la puissance publique, garante de l’intérêt général. »
    qui fait suite à une autre vérité trop méconnue:
    « selon l’adage, dans la vie rien n’est gratuit. Mais c’est évidemment faux pour la création monétaire qui se fait d’un simple jeu d’écriture. Sortons des ornières monétaristes que l’on s’est imposées depuis 30 ans et de la logique qui nous conduit à la multiplication des crises financières. »

    Le drame, c’est que ces évidences ne semblent pas reconnues par les « économistes officiels » des 2 partis de gouvernement qui, sauf miracle improbable, sont « incontournables » pour pouvoir enfin créer cette… « agence d’investissements financée par une banque publique qui se refinancerait à la Banque centrale européenne à taux nul ou très faible. » !

    Le budget de l’Etat étant ainsi soulagé de la véritable redevance sur nos investissements d’avenir qu’il doit servir aux marchés financiers, (sous forme d’intérêts de la dette), il serait possible d’envisager sérieusement la « règle d’or d’équilibre du budget », votée ces jours-ci,(sans aucune chance de devenir constitutionnelle, et… heureusement !) Règle que nos dirigeants actuels n’ont jamais respectée, mais qu’ils essaient pourtant d’imposer à leurs successeurs !

    Commentaire by Arzi77 | Le 14 juillet 2011 - 15 h 55 min

Flux RSS des commentaires de cet article.

Désolé, les commentaires sont fermés pour le moment.